Organisation d’un colloque sur les civilités dans les pratiques sociales et certaines de leurs déviances

Organisation d’un colloque sur les civilités dans les pratiques sociales et certaines de leurs déviances

Le Salon Culturel Mariem Fadhel, en coopération avec le Comité National des Droits de l’Homme et le Forum Voix de la Nation, a organisé, hier soir, dimanche au siège de la région de Nouakchott, un séminaire sur le thème des civilités et échanges de bons procédés en société.

Le séminaire vise à faire la lumière sur certaines pratiques sociales érigée en référentiels de civilités et d’échanges de bons procédés, leur évolution et certaines déviances qu’elles ont progressivement connues les vidant de leur caractère symbolique et n’en retenant, parfois, que la forme exagérément exprimée dans l’ostentation, la fatuité et le mimétisme.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, la présidente du Salon, Mme Mariem Fadhel, s’est dite satisfaite de la présence d’un si grand nombre de personnalités ressources et de sommités intellectuelles sur lesquelles le Salon Culturel fonde d’énormes espoirs dans la conduite de la réflexion sur le thème du séminaire.

Elle a, également remercié tous les sponsors du Centre et tous ceux qui lui ont apporté aide et appui, à leur tête le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui s’emploie activement à vivifier la culture du pays et à restaurer son patrimoine mémoriel.

Elle a ajouté que dans le cadre des objectifs du salon, et à l’occasion de la journée de la femme, il a été choisi de faire la lumière sur le phénomène de la vantardise et de la fatuité qui marquent certaines pratiques mondaines, devenues un danger pour la société et déviées du rôle que leur imposait la Charia et la coutume, notant qu’elles sont plus répandues dans sphère féminine.

De son côté, le président du Comité national des droits de l’homme, M. Ahmed Salem Ould Bouhoubeyni, a salué ce type d’activité qui promeut la réflexion sur des phénomènes sociaux d’extrême importance. Cette réflexion est un préalable à toute correction des déviances de certaines pratiques sociales incompatibles avec l’évolution de la société.

Pour sa part, le directeur général adjoint de l’Agence mauritanienne d’information, M. Cheikh Sidi Mohamed Ould Ma’i, a abordé la solidarité sociale entre les groupes et les composantes de la société en général, mettant en exergue les déséquilibres dont souffre la société de dans ce domaine.

Il a ajouté que le rôle principal revient aux femmes, car elles sont les véritables leaders pour changer tout comportement sociétal, notant que les Mauritaniennes occupent une place importante dans les cercles de prise de décision, ce qui confirme la nécessité de leur participation effective à la renaissance de la société.

Pour sa part, la directrice du Forum Voix de la Nation, Mme Sabah Saliki, a remercié la présidente du Salon Culturel pour avoir choisi des sujets sociaux, soulignant que la réforme en général commence par un changement des mentalités et des comportements sociaux.

Elle a apprécié aborder les questions sociales et essayer de les traiter, car elles sont la réforme radicale dont la situation actuelle a besoin, pour éduquer et sensibiliser la société.

À son tour, la responsable de l’Association des femmes journalistes arabes, Mme Mariem Mint Emmoud, s’est appesanti sur les aspects de corrélation entre pratiques déviantes, mimétisme, fatuité et leur effet d’entrainement, soulignant l’intérêt de l’élite féminine de donner l’exemple en rompant avec ces pratiques préjudiciables qui freinent le progrès de notre société.

https://fr.ami.mr/Depeche-63048.html

chitari 24

chitari 24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.