Poutine prévoit de lourdes peines contre les “mensonges” des médias

Poutine prévoit de lourdes peines contre les “mensonges” des médias

Après avoir bloqué, vendredi, Facebook et restreint l’accès à Twitter, Moscou a procédé à un sévère tour de vis contre les médias, introduisant de lourdes peines de prison pour toute diffusion d’”informations mensongères sur l’armée”, en pleine invasion de l’Ukraine.
Ces nouvelles mesures prises renforcent l’arsenal des autorités pour contrôler le récit qu’elles font à la population russe de l’invasion de l’Ukraine, présentée comme une opération limitée visant à protéger les Ukrainiens russophones d’un «génocide», rapporte l’AFP.
Un amendement introduit diverses peines pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison, en cas de propagation d’informations visant à “discréditer” les forces armées russes. Un deuxième prévoit des sanctions pour les “appels à imposer des sanctions à la Russie”, confrontée à de dures mesures de rétorsion occidentales pour son invasion de l’Ukraine.
A noter que ces textes, qui s’appliquent à la fois aux médias et aux particuliers russes comme étrangers, sont entrés en vigueur après l’approbation, par le Parlement russe et la ratification du président Vladimir Poutine, tard dans la soirée, précise, de son côté, 20minutes fr.
Par conséquent, le journal russe indépendant “Novaïa Gazeta” a indiqué se voir “obligé de supprimer de nombreux contenus” pour éviter les sanctions, mais vouloir “continuer à travailler”, alors que d’autres médias indépendants étrangers ont annoncé suspendre l’activité de leurs journalistes en Russie.

chitari 24

chitari 24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.